J'ai eu le bonheur de revoir récemment Jerry Maguire de Cameron Crowe (1996) et surtout de contempler l'incroyable jeu d'acteur de Tom Cruise.
Il y campe un agent sportif égocentrique qui décide du jour au lendemain de tout plaquer et de se rappeler à l'essentiel. A vrai dire, depuis qu'il deffraie la chronique pour cause de religion suspecte, de bébé suspect, d'épouse suspecte, de sexualité suspecte, j'ai toujours été une fervente défenseuse de celui qui est pour moi le plus grand acteur actuel.

Qu'on arrête de lui reprocher des faits qui ont exclusivement trait à sa vie personnelle! A la poubelle les Gala, Closer, Voici et autres torchons sans consistance.
On s'en moque!

Et qu'on se penche plutôt sur sa filmographie géniale et qui ne cesse de nous étonner et de nous bluffer depuis plus de 20 ans. Je me souviens encore du rôle ridicule qu'il tenait dans Top Gun (1986- je n'avais alors encore vu aucun de ses autres films (carrière commencée en 1981 avec Endless Love alors qu'il n'avait que 19 ans).
Mais le ridicule ne l'a pas tué ! Au contraire !
Car moins d'une année après le voilà aux côtés de Paul Newman dans un film de Martin Scorsese (The Color of money) et deux ans plus tard en train de jouer, sous la caméra de Barry Levinson, le frère de Raymond Babbitt (Dustin Hoffman) dans Rain Man (1988),dont on ne saurait rappeler le succès.
Laissez moi encore vous rappeler: Né un 4 juillet (1989) où il tient le rôle d'un vétéran du Vietnam, des hommes d'honneur (1992), la firme (1993), entretien avec un vampire (1994) et j'en oublie d'autres...
Et avec la maturité, il a su choisir des rôles d'une extrême difficulté: eyes wise shut (1999), magnolia (1999), vanilla sky (2001) et enfin collateral (2004).

Je n'écris pas pour vous rappeler sa filmographie géniale et exemplaire...non... Mais pour vous rappeler que l'essentiel chez un acteur c'est de vous faire rêver.
Tom Cruise n'est pas seulement une beauté plastique c'est un artiste. Peu importent ses folies passagères, sa religion, voire son prosélytisme. Tout cela ne doit pas vous faire oublier l'essentiel chez cet acteur... Que c'est un grand, le plus grand. Il ne connaît pas seulement tous les registres. Il excelle dans chacun d'eux.

Alors, finies les calomnies. On parle de cinéma non ?