Date de sortie : 27 Septembre 2006 - Fiche Allociné
Réalisé par David Slade
Avec Patrick Wilson, Ellen Page, Sandra Oh
Film américain.
Genre : Thriller
Durée : 1h 43min.
Les avis des auteurs de ce blog étant partagés, je vous propose de les découvrir l'un et l'autre

Jérôme
Quelle affiche !!! On ne parle pas souvent des affiches de film, mais quand j'ai vu celle de Hard Candy je suis resté devant à me demander ce qu'elle évoquait: curiosité, mystère, angoisse.
Le petit chaperon rouge tête couverte est en danger, et pourtant on a pas peur pour elle. Inutile de vous rappeler l'histoire (il suffit d'aller sur la fiche d'Allociné) mais concentrons nous sur les ressorts du film: n'est pas victime celle qu'on croit.
La première scène entre les deux protagonistes est excellente, Ellen Page en petit chaperon rouge qui à l'air de se faire croquer par le grand méchant loup Patrick Wilson, si on insiste sur le côté juvénile de la première on ne note pas assez le côté "prédateur" du deuxième (dans cette scène du moins).
Une fois le décor posé, le film patine un peu et on a du mal à accrocher. L'histoire est totalement invraissemblable, et les personnages pas très attachants, mais il vaut le coup d'être vu car assez dérangeant, c'est d'ailleurs aussi le gros défaut du film car à force de vouloir appuyer là ou ca fait mal ca en devient lourd ...

Julie
On pourra éviter de passer 1 heure 43 dans les salles obscures pour découvrir le premier film de David Slade qui était connu jusque là pour ses films publicitaires et ses clips vidéos.
D'ailleurs rien d'étonnant à cela. Le film est un long, très long clip vidéo qui sans esthétisme (pourtant) nous raconte la confrontation entre un bourreau et sa victime.
Mais l'idée originale du film (car il faut bien lui trouver un point positif) c'est que le bourreau est une jeune lolita qui, la bouche en coeur, torture celui qu'elle soupçonne d'être un pédophile.
Alors le spectateur, qui reste sur ses gardes, ne peut avoir que de la sympathie pour la victime (le prétendu pédophile) puisqu'il est beau, a l'air gentil etc...
Finalement, le bourreau avait raison. Le jeune photographe était bien un pervers et méritait son sort.
Le film n'est pas manichéen contrairement à 8 MM de Michael Schumacher (1999) qui avait pris l'horrible parti pris de la peine de mort et de la vengeance privée.
Hard Candy nous ballade peut être pour nous prouver qu'il ne faut pas se fier aux apparences.
Mais surtout "Hard Candy" est prétentieux, vide et ennuyeux.
On est très vite lassé par cette caméra coup de poing, cette actrice fatiguante, cette intrigue sans intérêt.
David Slade peut continuer à tourner des pubs ou des clips mais s'il veut faire des thrillers, il serait bien inspiré de revoir les classiques de B. de Palma.

La Note de Julie: 8/20