Revenons maintenant au spectateur informé, qui va voir Borat en connaissance de cause .Comme Montesquieu, S.B.Cohen utilise un naif pour critiquer la société occidentale et plus particulièrement américaine .Sa critique est tellement acerbe qu'on s'entend rire à certains moment devant la bassesse de ses interlocuteurs .J'ai encore en mémoire certaines scènes (que je ne dévoilerai pas par respect pour ceux qui n'ont pas vu le film) inédite au cinéma à mon avis .Selon moi, tout ce qui a trait à l'amérique profonde est absolument étonnant et drole .
En revanche, toutes les scènes entre Borat et son producteur (fiction pure) n'ont pas d'autre intérêt que d'être vulgaires et n'apportent rien, si ce n'est de la longueur .

Reste enfin une sensation bizarre : je suis convaincu que certains moment ont été bidonnés : bande son ajouté (sifflements par exemple), acteurs dans certaines scènes (chez un couple juif, dans le camping-car), ... Et si c'est la cas, ce fim n'a plus aucun intérêt : c'est le concept de piéger des gens de bonne foi, et de les pousser dans des situations extrèmes qui fait rire .Si c'est scénarisé, il n'y a plus rien de drôle .Comme si Lafesse payait des gens pour être piéger par ces farces ...


Alors, pour résumer, dans le premier cas, c'est affligeant, dans le second, c'est corrosif, scinique et drole, sauf si tout est faux
Ce que je ne saurai jamais .
Et qui fait peut-être la force de Borat .