une promo efficace
Contrôler l'image d'un film n'est jamais une chose simple à faire. Dans le cas de Nos jours heureux la presse a salué unaniment les qualités du film: drôle, authentique, bien joué. Le qualificatif retenu était: "La comédie de l'été" lancé par le mensuel Cinélive et repris par une bonne partie de la presse. Le décor est planté, il s'agit d'une pure comédie.
Le film a eu le droit à une bonne couverture presse / télé / radio sans pour autant avoir un J.P Rouve surexposé (loin d'un Gad Elmaleh pour la sortie de La Doublure par exemple). Le couple Rouve / Sy a bien fonctionné ce qui a sûrement donné envie de voir le film.
Les bandes-annonces étaient très bien construites. Elles ne dévoilaient pas toutes les bonnes vannes du film mais le sujet était présenté et l'ambiance générale y était bien reconstituée. On voit trop souvent des bonnes annonces raconter l'ensemble de l'histoire du film, plusieurs études ont montré que ce n'était pas ce qu'attendaient les spectateurs. Ils veulent avoir le ton du film (comédie, thriller, drame etc.), quelques informations sur les personnages et surtout pas l'histoire. Quoi de plus mauvais quand un film peut se résumer en 30 secondes.

une sortie accompagnée
Le film parle de colonie de vacances, on pouvait donc vite tomber dans la caricature avec des personnages simplifiés. La méfiance du monde associatif a été traitée en amont de la sortie du film via des projections et débats dédiés. Le film a donc pu s'appuyer sur ce premier relai d'opinion.
Enfin, fait assez inhabituel, l'équipe du film était présente dans différents cinéma Parisiens pendant toute la première journée. C'est malin car ça gonfle le premier jour, du coup les exploitants sont contents et projettent le film dans de meilleures conditions. Si le film est bon (et c'est le cas), le bouche-à-oreille peut commencer à fonctionner rapidement.

les chiffres
Sorti sur une combinaison relativement large de 368 copies, le film arrive en tête pour sa première semaine d'exploitation mais la moyenne est relativement faible 688 s/c, de même que son coef P/P 3.1 (pour une comédie c'est d'habitude entre 4 et 5). Cette première semaine en demi-teinte est en partie expliquée par un match de l'équipe de France, journée qui a vu des resultats catastrophiques pour tous les films.
Pour les semaines suivantes le nombre de copies est relativement stable (374) et la baisse est limitée. C'est à la semaine 5 que le premier signe d'une carrière atypique se produit puisque le film progresse de près de 20% !! Puis la baisse est à nouveau contrôlée avec même des semaines stables l'une sur l'autre.
  • 28 Juin au 04 Juillet: 252 982
  • 05 au 11 Juillet: 194 594
  • 12 au 18 Juillet: 141 515
  • 19 au 25 Juillet: 137 724
  • 26 Juillet au 01 Août: 160 976
  • 02 au 08 Août: 122 408
  • 09 au 15 Août: 121 024
  • 16 au 22 Août: 95 944
  • 23 au 29 Août: 86 094
  • 30 Août au 05 Septembre: 55 693
  • 06 au 12 Septembre: 31 108
  • 13 au 19 Septembre: 31 552
Le film connait une exploitation tout en longueur pour terminer aux alentours de 1,5 milions d'entrée. Pour mémoire, Le petit lieutenant avant eu une 1ère semaine identique et avait fini à 600 000 entrées.
Vous remarquerez qu'à la fin de sa carrière le film a rétabli un coef P/P d'une comédie, c'est beau les statistiques ;-).
Finalement la chance de "nos jours heureux" aura été d'avoir eu le luxe de s'installer dans les salles, la date de sortie est sûrement un facteur décisif mais la promo en profondeur (grosse tournée province, thématiques du film exploitées) aura permis au film de toucher rapidement son premier cercle de spectateurs.
Récapitulatif
1ère semaine 252 982
Fin de carrière 1 468 507
Coef P/P 4,4
Côte succès* 5,8
*ratio fin de carrière/1ère semaine