l'avis
de
Moma

Depuis Ken Park de Larry Clark, il ne m'avait pas été donné d'admirer sur grand écran des sexes d'hommes en érection, et je dois dire que ca fait toujours bizarre. La première scène nous offre un bon litre de sperme et autant de corps qui s'entrechoquent, ca met dans l'ambiance.

Short Bus pourrait se situer pendant le blackout de New York, où les habitants de la mégalopole se sont retrouvés dans le noir le plus complet pendant quelques heures. Cette absence de lumière, symbole d'une jeunesse qui n'a plus de repères et qui avance dans la nuit comme on avance dans la vie, sans trop savoir où l'on va, et d'un pas tremblotant, se manifeste dans la sexualité de ces trentenaires mal dans leur peau.

Lire la suite