Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

03 juin.

Affichage campagnard

Les murs de nos villes commencent doucement à être recouvert par les affiches du dernier film de Jean Becker: Dialogue avec mon jardinier.
Pensif, je me dis que cette affiche me fais penser à quelque chose ou plutôt à un autre film mais je ne sais plus lequel. Je recherche et commence à passer en revu tous les films qui ont pour thème la campagne. Ce n'est pas Le bonheur est dans le prés, ni Une hirondelle à fait le printemps. Lorsque je trouve je suis sidéré.
Peut-on se copier soi-même ? Il faut croire que oui. Studio Canal à repris tout de l'affiche qu'avait composé UFD:
- Une ambiance champêtre
- Une rivière calme (le calme c'est pour refléter l'esprit zen du film)
- Une partie de pêche entre amis



C'est tellement ressemblant que l'on pourrait les confondre.

03 juin.

Rois et Reine: grand film d'exception ou long film prétentieux

  l'avis
de
Julie
bof
On se rappelle encore aujourd'hui du scandale provoqué par la sortie de ce film quand Marianne Denicourt, ex-amie du réalisateur, accusait ce dernier d'avoir puisé son inspiration de faits réels et douloureux qu'elle avait personnellement vécus et d'avoir ainsi violé son intimité, sa vie privée. Depuis lors, d'ailleurs, elle a été déboutée par la justice. On ne s'attachera pas à analyser ici le procédé auquel a (peut-être) eu recours Arnaud Desplechin pour nous raconter la vie de Nora (interprétée par Emmanuelle Devos). Ce procédé n'enlève rien, n'apporte rien à l'intérêt suscité par ce curieux film d'une durée de 2 heures 30.
Cette exceptionnelle durée s'explique par le propos même du film: celui de raconter une tranche de vie, un moment clé dans l'existence d'une femme (Nora), à la veille de son mariage, alors que tout paraît lui sourire. Cette dernière est d'abord présentée, d'une manière légère (Moon River en fond sonore), comme une mangeuse d'hommes. C'est la Reine. Elle nous parle de tous ces hommes: le premier, mort accidentellement, dix ans auparavant, alors qu'elle était enceinte de leur enfant, Elyas, son deuxième homme. Elle nous évoque très vite l'existence du troisième, Ismaël (joué par l'extraordinaire Mathieu Almaric)et, pour finir, celle du quatrième, Jean-Jacques, qu'elle est sur le point d'épouser. Mais en réalité l'homme de sa vie, celui qui met fin à cette ascension, à ce couronnement, c'est son père, dont elle vient d'apprendre qu'il va mourir d'un cancer généralisé. Elle décide de l'accompagner jusqu'à cette fin de parcours. Et à cette occasion, elle se rappelle chacune des étapes de sa vie, chacun des hommes qu'elle a miné, utilisé, usé, étouffé. Car Nora est un peu comme une menthe religieuse. Attirante mais mortelle.

Lire la suite


propulsé par DotClear