L'aîné beau et séducteur, agitateur gauchiste qui va bientôt rejoindre le père à l'usine, lieu cardinal du combat politique avant de rentrer dans la clandestinité mais après avoir séduit une jeune bourgeoise qu'il va bientôt délaisser pour d'autres groupies.
Le cadet, la Teigne qui abandonne au désespoir de sa mère le séminaire, sous la pulsion de ses appétits sexuels, pour devenir membre du MSI, le parti néo faciste et être initié à l'amour par la femme de son parrain en politique!
L'agitation politique c'est la trame du film : réunions de cellules, manifestations, descentes chez les ennemis, bastonnades, planques, attentats.
Les deux frères veulent chacun à leur manière détruire la société bourgeoise corrompue sans espoir de lendemains meilleurs. Mais c'est leur soif d'aimer et d'être aimé et admiré qui unit et oppose ces deux frères, amoureux de la même femme. Alors le film qui aurait pu être politique et moraliste se transforme en une magistrale leçon sentimentale: émois des premiers rapports, attouchements interdits, jalousie, amours déçues, cocu magnifique, crise cardiaque.
On pense un peu à "Cadavres exquis " de Francesco Rosi ( 1976) et aussi à " nous nous sommes tant aimés" de Ettore Scola ( 1974).
Avec un indéfinissable goût de la nostalgie du temps de la jeunesse.
La renaissance du cinéma italien est en marche.