En cloque   l'avis
de
Julie
bon
Décidément le titre original (Becoming Jane) est bien meilleur que le titre français. Car Jane c'est avant tout l'histoire par laquelle Melle Jane Austen est devenue une romancière d'exception, une figure marquante de la littérature anglaise du XIXème siècle.
Le film fait preuve d'un grand souci: celui d'expliquer la construction psychique de cette romancière, les fondements de son oeuvre, les racines de l'atmosphère commune à tous ses romans.
Pourtant l'objectif du film n'est pas immédiatement perceptible. Le début de Jane ressemble d'ailleurs étrangement à un mauvais ersatz d' Orgueil et préjugés de Joe Wright (2006). Le réalisateur (Julian Jarrold) va même jusqu'à en emprunter certaines répliques. Ainsi, les 15 premières minutes de Jane sont plutôt laborieuses et manquent cruellement d'originalité. Les personnages sonnent presque faux. On en vient même à regretter de ne pas lui avoir préféré l'énième vision du film de Joe Wright....
Mais ce début poussif une fois passé, la sensation de gêne est vite dissipée. Et on comprend que le film explore les attitudes d'une jeune femme en devenir pour expliquer la romancière qu'elle sera. Très vite alors on voit à travers cette femme unique toutes celles dont elle nous a raconté par la suite l'histoire: Elizabeth Bennet (campée par la sensuelle Keira Knightley dans le film de Joe Wright), biensûr, avec ses préjugés, son orgueil, son côté très intellectuel, son indépendance, mais pas seulement. On retrouve aussi à travers Jane, la folie et la passion de Marianne Dashwood, la raison de Eleonore Dashwood (jouées respectivement par Kate Winslet et Emma Thompson dans Raison et sentiments de l'admirable Ang Lee (1996)) et l'humour et l'espièglerie de Emma Woodhouse (interprétée par Gwyneth Paltrow dans le décevant Emma l'entremetteuse de Douglas Mc Grath en 1997).

Lire la suite