Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

20 oct.

Coluche: un rendez-vous raté (critique)

  l'avis
de
Jérôme
Le succès peut monter à la tête et j'ai bien peur que cela soit arrivé à notre Julie. Si la dernière fois elle avait fait la grève de la critique, cette fois-ci elle a carrément boycotté la projection. C'est donc votre serviteur qui s'y colle.
Septembre 1980 poussé par une bande de potes rigolards, Coluche décide de bousculer la campagne gauche / droite qui se prépare en se présentant au poste de président de la République. Si au départ Coluche voulait faire rire, il se prend rapidement au jeu politique porté par un courant populaire. On lui crédite même jusqu'à 16% des intentions de vote.
Je ne sais par où commencer tant ma déception est grande. Antoine de Caunes n'a pas fait un mauvais film il a juste fait un film inutile. Le coeur de son sujet: Coluche qui se présente à l'élection présidentielle est traité avec distance, voire avec paresse. Succession chronologique de scènes informatives, le scénario ne nous apprend rien d'autre que nous ne connaissions déjà. Pire il n'approfondit pas grand chose. Pourquoi sa femme le quitte ? pourquoi est-il toujours entouré d'une bande de potes ? Qui sont ces amis qui vivent chez lui ? Quelles sont ses motivations ? Ne cherchez pas, vous n'apprendrez rien.
Ah si, Coluche fabriquait des santiags pour ses amis. C'est maigre.
Antoine De Caunes est définitivement passé à côté de son sujet. Il faut dire que De Caunes a pris le parti de filmer beaucoup Coluche sur scène. On a donc un acteur (Demaison) qui joue un comique (Coluche) qui joue des personnages. Trop de filtres pour comprendre l'homme. L'émotion passe rarement. Reste François Xavier Demaison qui fait une interprétation crédible de Coluche, la voix et la gestuelle sont là mais la mayonnaise ne prend pas. Je me faisais pourtant une joie de retrouver un personnage qui a modelé mon esprit à une certaine forme d'humour. La déception n'en a été que plus grande. Rien à dire, Antoine De Caunes n'est pas un bon réalisateur remarque inutile, fausse et facile. Je retire donc cette phrase de mon article.
Dommage.


20 oct.

Box-office week-end semaine 42: Coluche est une grosse déception

Woody Allen garde la tête avec une baisse modérée de ses entrées en 2ème semaine. Le démarrage de Coluche n'est pas bon, il ne sera donc pas le 1er succès de De Caunes au box-office et pour avoir vu le film je peux vous dire que c'est mérité.
1. Vicky Cristina Barcelona: 330 381 entrées
2. Le crime est notre affaire: 252 572 entrées
3. Coluche: 245 636 entrées
4. Tonnerre sous les tropiques: 218 779 entrées
5. La loi et l'ordre: 146 303 entrées


propulsé par DotClear