Simon est le fil rouge de ce drame contemporain. Il concentre à lui seul toute la complexité de la situation, humain et égoïste. Un peu nous, en somme. Si au départ il aide Bilal pour impressionner son ex-femme, l'amitié et le respect pour son projet vont rapidement animer cet homme qui s'éveille aux problèmes d'autrui. Confronté à un état froid, il trouve dans cette lutte un moyen d'exister à nouveau.
Philippe Lioret aime nous bousculer, nous émouvoir. Son précédent film, Je vais bien ne t'en fais pas, traitait de l'absence avec une infinie délicatesse. Welcome nous oblige à nous extraire de notre quotidien pour faire face à nos problèmes, à nous poser la fameuse question dérangeante: "et moi qu'est ce que je ferais ?".
Dénoncer les illégaux comme le voisin ? Ou les aider comme le fait Simon, cet homme simple qui finit par se sentir concerné par les problèmes du monde ?
Les empêcher de faire leur course, comme les gérants de supermarché ? Ou leur porter secours comme Marion (l'ex-femme de Simon) qui s'engage dans des associations ?
Une des forces du film est de ne jamais tomber dans un manichéisme primaire. Philippe Lioret ne cache pas ses opinions mais ne cède pas à un traitement simpliste. Simon est suffisamment ambigu pour être notre miroir. Ce n'est pas l'homme parfait. Marion a beau être dévouée à sa cause, elle ne franchit jamais la frontière de la légalité même si celle-ci lui parait injuste.
Le duo Philippe Lioret / Olivier Adam pose des questions. Quel homme voulons-nous être ? Dans quelle société voulons-nous évoluer ? La réponse nous appartient.
Welcome est un film militant, au sens noble du terme, qui nous fait réfléchir bien plus que les 1h50 que dure le film. Allez le voir et revenez ici dire ce que vous en pensez, le film est fait pour ça.