l'avis
de
Jérôme
Precious a 16 ans, elle est pauvre, obèse, illettrée, détestée par sa mère et violée par son père, mère d'un enfant mongolien, enceinte. Ces deux enfants sont les conséquences des abus de son père.
Precious fait parti de ces films dérangeants, marquants. Filmé de manière quasi-documentaire le spectateur est très vite étouffé par le quotidien des personnages. La violence verbale côtoie la violence physique. Lee Daniels (le réalisateur) enchaine les scènes terrifiantes avec application. Certaines sont insoutenables. Mais, étonnamment, le film ne tombe jamais dans un misérabilisme facile, la caméra est objective tout le temps et c'est ce qui rend le film fort. Les petits moments ou Precious se met à réver d'une vie meilleure ponctue la dureté du quotidien avec délicatesse.

  l'avis
de
Jérôme
Après que sa femme l'ai laissé tombé pour son rédacteur en chef, Bob Wilton (Ewan McGregor) décide de pimenter sa vie de journaliste en allant faire un tour en Irak à la recherche de scoops. Affalé dans un hôtel luxueux loin du théâtre des opérations il tombe sur Lynn Cassady (George Clooney) un ex-soldat américain qui va le mener en Irak. Seulement Lynn n'est pas n'importe qui, il faisait parti d'une unité d'élite expérimentale qui devait exploiter leur pouvoir psychique pour devenir des super soldats.
Le premier film de Grant Heslov est beau, bien filmé, plutôt bien écrit et bien interprété par ce qui est aujourd'hui la crème des acteurs anglo-saxons: McGregor, Clooney, Bridges et Spacey. Et pourtant le film est bancal, poussif ne choisissant jamais vraiment son camps entre le comique et le burlesque. Le coup des Jedi m'a, au bout d'un moment, carrément gonflé par exemple. Reste quelques scènes sympathiques et un Jeff Bridges en soldat soixanthuitard / beatnik en pleine forme mais cela ne suffit pas pour rendre le film suffisamment attrayant...