Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

24 sep.

"Mon frère est fils unique" ou la renaissance du cinéma italien

  l'avis
de
dbuk1000
Vous vous souvenez de "nos meilleures années"
Le même réalisateur Daniele Luchetti.
Italie, à la fin des années soixante.
Latina, une misérable petite ville au sud de Rome fondée par Mussolini.
Une pauvre famille d'ouvriers.
Le père trime.
La mère trime.
Et deux frères et leur soeur.

Lire la suite


07 sep.

"Les méduses": les femmes et les femmes d'abord

  l'avis
de
Julie
bon
Etrange film, chargé d'émotion et de symboles. Les méduses serait difficile à raconter, à classer. Situé entre le rêve et la réalité, ses réalisateurs (Etgar Keret et Shira Geffen) laissent la part belle à l'imagination du spectateur. C'est d'abord et principalement l'histoire de Batia (jouée avec grande justesse par Sarah Adler), jeune femme un peu paumée qui vient de rompre avec son ami. Serveuse aux cheveux gras, logée dans un taudis au coeur de Tel Aviv, Batia fait un jour la rencontre improbable avec une petite fille sortie de l'eau et vêtue seulement d'une bouée. La jeune femme ne cherche pas à comprendre qui peut bien être ce petit être étrange aux grands yeux bleus. C'est aussi l'histoire d'un couple fraichement marié qui, privé de voyage de noce, se retrouve confiné entre les murs d'un pseudo palace tel avivien. C'est aussi celle d'une jeune philippine qui cherche à rentrer chez elle pour y retrouver son fils. Et encore celle de la vieille dame un peu acariatre dont elle s'occupe. Et enfin, c'est l'histoire d'une femme étrange, voisine du couple fraichement marié, qui cherche ses mots dans une chambre d'hôtel. Ce petit monde se croise, un peu, parfois, au détour d'une rue de Tel Aviv, ou au bord de la mer.

Lire la suite


04 sep.

"Mr. Brooks": rien de neuf du côté de chez Dr Jekyll et Mr Hyde...

  l'avis
de
Julie
naze
Encore un film de serial killer, encore un film sur une double personnalité! Non seulement Mr Brooks n'a rien d'innovant mais il ne parvient même pas à garder en haleine le spectateur! La recette du bon père de famille qui se révèle être un bad boy dérangé aux pulsions meurtrières la nuit ne fonctionne pas. Pourtant,le scénario ne révèle pas de très grosses anomalies a priori. Mr Brooks (campé par un Kevin Costner encore sous exploité - où est passé le temps bien lointain de Dance avec les loups et des Incorruptibles?) mari et père modèle, businessman accompli revêt les habits sombres du serial killer quand tombe la nuit.

Lire la suite


propulsé par DotClear