l'avis
de
Julie
Caméra rivée sur le corps lourd d'un homme qui tombe lentement dans des eaux froides et glauques. Premières images choc. Le film débuterait-il par un mauvais présage? Peut-être pas. Voilà le corps qui remonte à la surface et la caméra qui le suit lentement. L'homme est déboussolé. Le visage bouffi, le regard hagard, Léonard (Joaquim Phoenix) semble ne plus savoir où il en est. Trempé, l'homme rentre chez ses parents car c'est bien là où il vit à présent.
Après une dépression nerveuse et un long séjour en "institution spécialisée", Léonard est retourné chez ses parents, dans une banlieue New-Yorkaise, forcé de travailler dans le pressing familial, forcé de vivre, tel un adolescent rebel, entre un père déraciné et une mère protectrice. Pour le bien de leur grand garçon de plus de 30 ans, ces derniers décident de lui trouver une femme, Sandra (Vinessa Shaw), la fille de connaissances. Même milieu, même religion, bonne famille. L'avenir du fils prodigue semble tout tracé. Mais Léonard, au même moment, tombe sous le charme de sa nouvelle voisine, Michelle (Gwynelth Paltrow). Il se laisse gouverner par ses nouveaux sentiments, attiré comme une petite bête fragile par la lumière. Commencent alors, en parallèle, deux histoires d'amour à sens unique. Tandis que Sandra semble être tombée sous le charme du jeune homme bourru, Léonard, lui, tente maladroitement de transformer son amitié avec Michelle en une idylle amoureuse. Il ne semble pas se soucier du regard parental. Malgré sa fragilité et sa folie, malgré sa puérilité et son innocence, Léonard est libre, avide de vivre la vie qu'il a choisie.

Lire la suite