Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

26 juin.

UN VOYAGE et DEPARTURES

  l'avis
de
dbuk1000
En cette période de promotion des séjours touristiques pour les prochaines vacances, j'ai décidé de faire le tour du monde en cinq soirées et pour la modique somme de 50 € tout compris.
Je suis allé au cinéma et ce fut un merveilleux dépaysement sans retard dans les "vols", sans contrôle tatillons pour la sécurité du spectateur, sans vaccins et sans supplément.
J'ai commencé mon voyage en Israel avec le très beau film JAFFA sur le difficile amour entre une Juive et un Palestinien. Je l'ai continué dans la Pologne de 1940 avec KATYN sur l'assassinat par les Soviétiques de milliers d'officiers polonais pris au piège du pacte entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique de Stalinie. Un petit détour en Argentine pour accompagner un vieil homme dans ces derniers instants avec la FENETRE, ouverte sur les grands espaces de la Patagonie et de ses souvenirs. Une récréation légère et drôle à Paris avec TELLEMENT PROCHES. Enfin une longue et troublante étape au Japon avec DEPARTURES. Ce fut un voyage magique parmi des pays aux cultures si différentes mais où les hommes sont si semblables.

Lecteur , je vais exciter ta curiosité en te comptant un chef d'oeuvre peu connu du grand public, DEPARTURES qui a obtenu l'Oscar du meilleur film étranger. Film dérangeant car morbide et notre société, qui glorifie la jeunesse, n'est pas vraiment prête à côtoyer la mort bien que les films regorgent de tueries à grand spectacle.

Lire la suite


15 juin.

Tellement proches: revue de blogs

  l'avis
des
Blogs
Même si l'envie de faire une critique de Tellement proches me démange, je ne vais pas rompre ma promesse mais plutôt livrer à votre sagacité une liste exhaustive des critiques publiées par les amis blogueurs qui ont assisté aux différentes avant-premières. Si votre critique n'apparaît pas n'hésitez pas à la laisser en commentaire à cet article je tacherai de l'ajouter rapidement.
  • DVDRama.com
    Une comédie débordante de vitalité et d’intelligence qui s’acharne, dans un joyeux bordel, à abolir toutes les frontières et les préjugés... Ca commence de manière hyper classique et ça se termine à mille lieues de ce qu’on pouvait imaginer. Et c’est loin d’être un défaut.
  • www.prland.net
    Tellement proches, d'Eric Toledano et Olivier Nakache, est une comédie ovni qui débute donc un peu péniblement avant d'aligner en continu des scènes d'anthologie drôlissimes. Chacune pourrait d'ailleurs constituer un sketch indépendant qui se suffit à lui-même. Parmi mes moments préférés : l'entretien d'embauche de la femme de ménage, l'avocat commis d'office "face à ses clients" (excellent François-Xavier Demaison), le médecin black qui a du mal à s'imposer (étonnant Omar Sy), Geneviève 91 ans arbitre d'un match de ping pong en pleine cité (Renée des films de Klapish égale à elle-même), une séance de crazy signs improvisée (Vincent Elbaz fait un GO tout à fait crédible), la fausse juive qui vrille assez violemment dans l'excès, une soirée diapos en famille d'un nouveau genre et pas mal d'autres
  • www.lexpress.fr
    En 2009, la réussite est au rendez-vous : Tellement proches, l'histoire d'une famille avec couples, beau-frère, beaux-parents, gamin excité, boulots pas drôles, visite à Ikea et prises de têtes à claques aux repas.
  • www.cine-mermoz.com
    Un petit bijou d'humour, d'émotion, de délire, de fraîcheur ! une comédie irrésistible !
  • ludosworld.blogspot.com
    Avec Doudou, on a vu ce film en avant-première, en présence de l'équipe du film. C'était génial, les ralisateurs de Nos jours heureux m'avait séduit, mais là ce film sur la famille est tellement vrai.
  • blogsperso.orange.fr
    Un casting à la hauteur de l'excellent moment passé ! En bonus, rencontre avec une partie de l'équipe du film (les réalisateurs, Audrey, Joséphine, Omar et le petit Max). Une équipe d'une grande disponibilité puisque l'échange a été d'une bonne demi heure ce qui est rare. Omar est même monté dans la salle faire un câlin à une dame qui lui disait qu'elle le préferait dans le film plutôt que dans le "SAV des émissions" de Canal+
  • grandmath.canalblog.com
    Ca y est, pour moi le tandem Toledano & Nakache c'est comme une marque déposée, et ce en seulement deux films que j'ai pu voir de ces réalisateurs. C'est dire à quel point Tellement proches est réussi, et pourtant on les attendait au tournant après la merveilleuse surprise que fut Nos Jours Heureux il y a deux ans.
  • www.lepost.fr
    Ce film est devenu mon coup de coeur du moment .C'est étonnant comme le nouveau cinéma français se veut intimiste et surprenant ces temps-ci. En regardant ce film réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache beaucoup de sujets sont traités de façon très lègère et sur fond d'humour que certains désigneront comme potache mais qui restent efficace .
  • Toutmoncinema.com
    Trois ans après l'excellente surprise de Nos jours heureux, Eric Toledano et Olivier Nakache reviennent en force avec cette comédie délicieusement barrée et tellement tendre. Un Tellement proches qui sonne tellement juste et nous confirme que nous tenons-là deux grands talents de la grande comédie !

Lire la suite


15 juin.

Les beaux gosses: bienvenue dans l'âge ingrat

  l'avis
de
Julie
Ceux qui regrettent leurs 15 ans doivent certainement avoir des trous de mémoire ou vivre encore dans le déni...Riad Sattouf en nous livrant son premier film, Les Beaux Gosses, est là pour nous le rappeler. Sans concession, ni finesse, avec un réalisme poussé à son paroxysme, il dresse, au travers d'une galerie de personnages détonants, le portrait de l'adolescence avec son lot de boutons, de complexes, de frustrations et sa surdose d'hormones. Bref, rien n'est épargné dans cette description crue, visuelle et pourtant non dénuée de charme....
Gros plan sur un couple d'ado en train de se "galocher", que dis-je, de se lécher le visage à s'en crever les boutons d'acné. Le ton du film est vite donné. On est loin du côté glamour de Lol ou de La Boum. Loin de l'impressionnisme de La Belle Personne. Le temps de cette première scène, vous l'aurez déjà compris, Riad Sattouf ne fait pas dans la dentelle et c'est bien comme ça. Deuxième plan sur le visage boutonneux de deux autres adolescents aux coupes de cheveux improbables, en train d'assister à la scène du baiser. Nos deux compères, Hervé et Camel, désoeuvrés, cherchent un moyen de passer, enfin, "à l'acte", du moins à la première phase...

Lire la suite


propulsé par DotClear