Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

30 nov.

Sin Nombre: Et la révélation d'un grand réalisateur

  l'avis
de
dbuk1000
Trop tardivement j'ai découvert ce bijou qui est à l'affiche ( pour combien de temps encore?) depuis un mois et je regrette donc de ne pas avoir été en mesure de vous encourager plus tôt.
SIN NOMBRE est le premier long métrage de CARY FUKUNAGA, un jeune réalisateur né en 1977 en Californie d'un père japonais et d'une mère suédoise et qui vit à New-York.
Un premier film et déjà distingué.
Prix du Jury à Deauville:Sin Nombre a reçu, ex-aequo avec Precious de Lee Daniels, le Prix du Jury lors de la 35ème édition du Festival de Deauville. Récompensé aussi à Sundance:Le film a obtenu les prix de la meilleure réalisation et de la meilleure direction artistique dans la catégorie film dramatique au Festival du Film Indépendant de Sundance 2009.
Pourquoi une telle unanimité?

Lire la suite


20 nov.

Twilight 2, [ma] Tentation. Mon péché mignon

  l'avis
de
Julie
Je l'attendais depuis...un an, depuis que j'avais vu le premier épisode, Fascination. Abreuvée entre temps des 4 quatre tomes de Stephenie Meyer, que j'avais lus dans la foulée, mon attente était calmée. Surtout depuis la sortie du DVD cet été. Bref, à 35 ans, mère de deux enfants, je suis twilightée. Cette maladie, pourtant, ne semble atteindre que les jeunes filles de 14 ans. Selon un éminent pédopsychiatre que j'écoutais sur Europe 1, le matin de la sortie de l'épisode 2, l'histoire d'amour d'Edward et Bella suscite le déchaînement des jeunes parce que ces derniers, je cite, ont une angoisse profonde de la mort... Dubitative, moi qui ne suis donc pas concernée par ces propos, moi qui ne fais pas du tout partie de la cible, je me suis interrogée sur mes motivations....La saga Twilight a tout les atouts pour accrocher les romantiques désabusés. Une histoire d'amour comme ça, Cher lecteurs, on n'en fait plus.

Lire la suite


18 nov.

A l'origine: faire le bien fait du bien

  l'avis
de
Jérôme
A l'origine il y a Philippe Miller (François Cluzet inspiré), un petit escroc solitaire qui survit en organisant ses trajets pour optimiser ses vols: la télé des hôtels où il loge, le matériel qu'il trouve sur les chantiers, l'argent de son receleur. Un jour il découvre par hasard le chantier d'une autoroute abandonnée. Son arrêt a causé une catastrophe économique pour les prestataires locaux qui avaient tout misé sur ces travaux.
Très vite le petit village voit en Philippe l'homme providentiel que le siège a envoyé pour relancer les travaux. Très vite Philippe voit en ce chantier l'occasion de gagner, sans se forcer, beaucoup d'argent. Les entrepreneurs lui proposent spontanément des pots de vins pour être sûrs que leur entreprise soit choisie.
Mais très vite le bonheur et l'espoir qu'il suscite torturent sa bonne conscience. Escroquer des entreprises sans visage ou des gens malhonnêtes ne lui pose pas de problème mais briser les espoirs d'une vie meilleure qu'il a suscités chez Monika (Soko la première révélation de ce film) ou décevoir Stéphane (parfaite Emmanuelle Devos) lui devient très vite insupportable.

Lire la suite


18 nov.

LE RUBAN BLANC - Chroniques d'un village allemand en 1913-1914

  l'avis
de
dbuk1000
Un village protestant de l'Allemagne du Nord à la veille de la Première Guerre mondiale (1913/1914). L'histoire d'enfants et d'adolescents d'une chorale dirigée par l'instituteur du village et celle de leurs familles : le baron, le régisseur du domaine, le pasteur, le médecin, la sage-femme, les paysans... D'étranges accidents surviennent et prennent peu à peu le caractère d'un rituel punitif. Qui se cache derrière tout cela ?

Un film en allemand et en noir et blanc

Blanc , luisant au soleil d'hiver comme un sol gelé recouvert par la neige
Blanc, immaculé comme la Sainte Vierge
Noir, noirceur comme l'âme des pécheurs
Noir, tristesse de la condition des pauvres paysans

Lire la suite


11 nov.

LE CONCERT: Tragédie Comique sur le Concerto de Tchaikovsky. Pour rire et pleurer à la fois

  l'avis
de
dbuk1000
Le 1er Novembre, alors que je suis en voyage, un ami, militant cinématographique, m'adresse un email au propos de la sortie prochaine du film "LE CONCERT"
Dès mon arrivée à Paris , je vais regarder et écouter LE CONCERT;je suis alors saisi par de grandes bouffées d'émotion et de rire. Pleurer et rire en même temps!! Normal, j'ai une ame un peu slave....

Et maintenant, en écoutant le Concerto pour Violon de Tchaikovsky interprété par Issac Stern, je vous dis tout le bonheur que je m'a donné ce film dont la vedette est bien l'âme slave accompagnée par cette musique très russe et très romantique qui sert de trame à l'histoire qui s'appuie sur quelques faits réels.

Lire la suite


propulsé par DotClear