Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

17 fév.

LEBANON: Lion d'Or au Festival de Venise 2009

  l'avis
de
dbuk1000
Le troisième film israélien sur la première guerre du Liban qui soit paru en France.
Le premier fut BEAUFORT, Ours d'argent au Festival de Berlin en 2007, inspiré du livre éponyme
Le second VALSE AVEC BACHIR, film autobiographique de Ari Folman, distingué du Golden Globe Award du meilleur film étranger et le César du meilleur film étranger en 2009
Et maintenant LEBANON, film autobiographique de Samuel Moaz, distingué du Lion d'Or à Venise 2009. Pas mal pour un premier long métrage.

Etonnant...
Il est étonnant de constater comment ces réalisateurs israéliens qui ont été confrontés dans leur jeunesse à cette guerre et aux situations atroces qui accompagnent toute guerre sont aujourd'hui capables d'en analyser la complexité et de nous transmettre un message universel à partir de leur expérience de soldat de Tsahal.
Je dis bien universel car il est étrange de constater que ces films israéliens autobiographiques engrangent les meilleures distinctions décernées par le cinéma européen.

Lire la suite


15 fév.

The Lovely bones: quand l'onirisme a rendez-vous avec l'horreur

  l'avis
de
Julie
Peter Jackson, pour moi, n'est pas le père du Seigneur des anneaux. Peut être, un peu plus, est-il le fou déjanté créateur de Bad taste (summum du gore des années 1980), le réalisateur d'un King Kong trop lisse. Mais définitivement, celui qui m'avait transpercé le coeur avec Créatures Célestes. Je me rappelle encore l'émotion ressentie pendant la marche longue où les deux créatures en question (dont la merveilleuse, jusqu'alors inconnue, Kate Winslet) mènent la mère de l'une d'elles à la mort. Madame Butterfly en musique de fond. Le cérémonial de la marche vers la mort était orchestré par un Peter Jackson transcendé. Ô bonheur! On retrouve enfin l'auteur avec un film fort, à vous crever le coeur et l'âme. La scène du crime, cette fois, est une cachette enterrée sous terre. La victime, n'est pas un mère mais une enfant de 14 ans, la veille de son premier baiser. On sait, d'emblée, que l'adolescente ne vieillira pas. Fauchée par la mort dont les habits sont revêtus par un voisin, pédophile vraisemblablement. N'ayez crainte, chers lecteurs, je ne vous dévoile pas l'histoire du dernier film de Peter Jackson. Lovely Bones c'est l'histoire de l'ange qui ne parvient pas à atteindre les cieux et qui, en attendant la fin du deuil de sa famille, ère entre terre et paradis, en regardant de l'au-delà sa famille la pleurer et son meurtrier continuer de vivre sa vie.

Lire la suite


08 fév.

I Love you Phillip Morris: Une histoire d'amour parmi d'autres...ou presque

  l'avis
de
Julie
L'affiche vous promet une histoire gay. C'est presque faux. Jim Carrey et Ewan Mc Gregor forment bien un couple, sont bien amoureux l'un de l'autre. Et pourtant "I love you Phillip Morris" n'est pas [particulièrement] une histoire d'amour homosexuelle. Phillip aurait pu s'appeler Joséphine que cela n'aurait pas [vraiment] changé grand chose. Enfin un film qui parle de deux hommes qui s'aiment sans tourner autour des thèmes de l'exclusion, de l'homophobie, qui nous montre deux hommes s'embrasser, faire l'amour en toute simplicité. L'amour et la folie sont universels.
Alleluiah!

Lire la suite


07 fév.

In the air : Clooney redescend sur terre

  l'avis
de
MAL
George Clooney (sous le pseudonyme de Ryan Bingham) passe sa vie dans les avions à sillonner les Etats-Unis. Sa collection de cartes Privilège fait de lui un invité de marque traité avec les plus grands égards tout au long de ses voyages, et donc de sa vie. Il a fait du cynisme sa profession : son métier est d'effectuer les entretiens de licenciement à la place d'employeurs qui n'en ont pas le courage. Il le fait avec la rigueur et la froideur qu'on lui connait, sans réagir à la détresse des malheureux licenciés et c'est ce qui fait son efficacité. Il s'est fixé comme objectif (apparemment le seul de son existence) d'accumuler une quantité de "miles" proprement astronomique.

Il va faire deux rencontres. Tout d'abord Alex (Vera Fermiga), qui passe comme lui énormément de temps dans les avions et semble être son équivalent féminin (mais un homme peut-il avoir un équivalent féminin ? On verra que c'est une bonne question). Ils vont entamer une relation joyeuse et cocasse, avec des rendez-vous programmés au gré de leurs itinéraires respectifs. Intervient aussi la jeune Natalie (Anna Kendrick), nouvelle employée de sa société, tout juste diplômée, et qui a convaincu son patron de travailler dorénavant par visio conférence, ce qui mettrait fin aux incessants voyages de George Clooney.

Ces deux rencontres vont le perturber, son armure va se fendiller, et sous sa carapace va apparaître un homme plus complexe qu'il ne semblait.

Lire la suite


02 fév.

SUMO: Attention comédie déjantée!!!

  l'avis
de
dbuk1000
Grand Prix du Jury TPS STAR du Festival de l'Alpe d'Huez ( 19/24 janvier 2010) et aussi "Le coup de coeur de la profession" de ce même Festival.
Le Festival de l'Alpe d'Huez est l'unique Festival en France ayant comme thématique les Films de Comédie.

Et qui récompense un film israélien, SUMO, une comédie très légère malgré le poids total cumulé de ses quatre mousquetaires obèses: 500 kilos peut-être même 600!!!

Un film israélien où il n'est pas question de guerre et paix, de Juifs et de Palestiniens....
Oubliée un instant la menace existentielle iranienne.
Ici il est question de la guerre à outrance déclarée aux kilos très superflus.
Guerre perdue d'avance.....
Un combat sans fin mais affamé contre l'obésité.

Lire la suite


propulsé par DotClear