Analyse de l'actualité et du box-office cinématographique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

20 juin.

"Tellement Proches": le son

C'est au tour de Pascal Armant, ingénieur son, de nous parler de son métier. C'est en écoutant les commentaires audio de Jean-Pierre Jeunet sur Amélie Poulain que j'ai compris que tout le son n'était pas fait en post-synchronisation. Il raconte même que pour la scène à Montmarte le mixeur du film a passé un temps fou à nettoyer la bande pour garder le son d'origine. Pascal m'expliquait que beaucoup de comédiens n'aimaient pas faire de la post-synchronisation et que son rôle était justement de faire en sorte que cela n'arrive pas...


Liste des épisodes:
1. Visite du décor
2. L'écriture du scénario
3. Le point
4. Impressions de tournage
5. La Réalisation
6. Le Son
7. Le 1er assistant réalisateur
8. Le rôle de l'accessoiriste


13 juin.

"Tellement Proches": la réalisation

J'ai eu l'occasion de vous dire à quel point un plateau de tournage est une ruche en ébullition ou le découpage des tâches est au coeur de l'efficacité, le réalisateur étant le chef d'orchestre de tous ces corps de métiers. D'après Olivier Nakache, réaliser un film s'est sans cesse répondre à des questions qu'on ne s'est jamais posé, savoir choisir vite, en gardant toujours le film en tête. Pendant le tournage on invente pas un film, on doit tourner le scénario rajoute Eric Tolédano ce qui ne veut pas dire coller au scénario car savoir saisir l'instant est également une qualité clé. Chaque réalisateur à certainement sa méthode de travail, voici comment se découpe une journée d'Eric et Olivier...


Liste des épisodes:
1. Visite du décor
2. L'écriture du scénario
3. Le point
4. Impressions de tournage
5. La Réalisation
6. Le Son
7. Le 1er assistant réalisateur


06 juin.

"Tellement proches": impressions de tournage

Une fois n'est pas coutume et sur les conseils avisés de Pascale je délaisse la séquence vidéo pour tenter de mettre en mots mes impressions du tournage de Tellement Proches.
une ruche en ébullition...
Ce qui surprend quand on pénètre sur le plateau c'est le nombre de personnes qu'il faut pour que le film existe. En 11 semaines cette entreprise (digne d'une PME) doit délivrer un produit à usage unique: un film. Si bien sûr il a fallu plusieurs mois de préparation pour permettre à ces 11 semaines d'exister, c'est pendant ces 11 semaines que tout se fait. Chacun à un rôle et connait précisément sa place dans la chaîne de construction.
Le cinéma est né il y a plus de 100 ans maintenant et la manière dont on faisait des films à cette époque n'est surement pas très éloignée de la manière dont on les fait maintenant. Un plateau de cinéma est sûrement le seul endroit au monde ou vous allez successivement croiser un machiniste, un électricien, un décorateur, un chef d'atelier et ses apprentis (ceux qui fabriquent), un cuisinier, un coiffeur, un accessoiriste, un script, des acteurs, un chef opérateur etc.
Au milieu de cette ambiance je me fais l'effet d'un enfant qui, après s'être tant gavé de chocolat, aurait enfin pu se glisser dans une fabrique artisanale espionnant le chef chocolatier...
un somme de petits détails...

Lire la suite


propulsé par DotClear