S'il est mieux filmé, mieux réalisé et si sa photo est plus soignée, Hésitation est dans la parfaite continuité de Tentation: en somme, un film plat, lent, ennuyeux, pénible, ridicule. Pourtant, les triangles amoureux ont tout pour me plaire. Tout comme les histoires d'amour adolescentes contenues, frustrées, sublimées. Le problème n'est pas dans le puritanisme, ni la chasteté décriés par tant. Les deuxième et troisième réalisateurs, contrairement à la première réalisatrice, n'ont pas su porter à l'écran la tension sexuelle et amoureuse du couple. Sans baiser, ou presque, avec Fascination, Catherine Hardwicke avait réussi à insuffler à cette bluette un érotisme infini. Le couple dégageait un magnétisme fou. Bella n'était pas bête, avait plusieurs expressions, sa gaucherie était crédible et rendait la jeune fille fragile et touchante. Quant à Edward, loin du gentleman coincé pétri de principes qu'il est devenu, il était sensuel. Autant qu'un Mr Darcy sortant de l'eau (cf Collin Firth) ou qu'un Mr Darcy sous la pluie déclarant sa flamme à 5 centimètres de la bouche de miss Elizabeth sans même l'effleurer (cf Matthew Macfadyen dans le film de Joe Wright). Je ressens encore cette tension quand il s'approche de Bella, sans la toucher, dans la forêt, en lui déclarant son amour, la première fois, quand il l'embrasse dans sa chambre et dans la scène finale quand il dépose un chaste baiser sur le coup de sa bien-aimée....Mais j'oubliais je ne suis pas là pour parler de Fascination mais d' Hésitation. Bella est un personnage impassible, sans émotion, dont le visage est animé par une seule expression. Edward est talqué. A part ça? Il a des yeux jaunes globuleux. A part ça? Il ne dégage plus aucune sensualité. J'ai peine à écrire que Robert Pattinson est insipide...Mais c'est parce qu'il est mal dirigé. Et c'est aussi parce que le scénario est un non sens. Quant à leur couple, il ne sert plus à rien. Leur frustration n'existe plus. Elle est fondée sur du burlesque, du grotesque (La scène dans la chambre à coucher d'Edward où Bella tente d'enlever les boutons de la chemise de son bien aimé est à pleurer....de rire). D'une passion digne de Roméo et Juliette mise en scène dans le premier chapitre, on est passé au ridicule qui tue (cette même scène qui s'achève par la tirade du mariage...J'en suis gênée). Jacob, personnage que j'exècre pourtant, est peut-être celui qui joue le mieux. Mais surgonflé aux stéroïdes et avec sa fâcheuse habitude de se balader torse nu pendant tout le film, il ne fait qu'ajouter au grotesque. On ne peut nier que David Slade a tenté de sauver le film du marasme cinématographique dans lequel Tentation était définitivement tombé. Seulement voilà, Hésitation vient après Tentation. Et ça fait un de trop.